• - Déesse-Mère -

     

    " J'ouvris les yeux en sentant un souffle glacé frôler ma peau. Je retiens ma respiration, ébahie. Devant moi se tenait une femme. Mais pas n'importe quelle femme, c'était elle. Celle dont l'ont contait les exploits, dont on chérissait le nom, celle qu'on idolâtrait, que tous vénéraient. Izalea. Ce simple nom me fit frémir. Izalea, la mère du monde, la première déesse et femme, divinité et créatrice de la nuit, de l'ombre et des astres. Oui elle, se tenait là, à quelques pas.  Un frisson me parcourut l'échine. C'était elle, aucun doute. Elle, en chair et en os, enfin si cette expression s'appliquait aux dieux. Les récits anciens n'avaient pas tort, ils la décrivait parfaitement, même si sa beauté de pouvait comparaître parfaitement au travers de mots.

    Le déesse était svelte et grande, se tenant avec une grâce et une autorité innée.  Son corps était généreux, ses courbes parfaites, son visage à la fois doux et ferme. Sa peau était d'une blancheur éclatante, de magnifiques courbes blanches y formaient de magnifiques arabesques . Aucune rides, aucune imperfection, une peau que l'on devinait lisse et douce. 

    Ses cheveux d'un violet à la fois sombre et lumineux, voletaient en l'air.  De petites perles bleutés étaient disposées aléatoirement sur ceux ci. La partie lâchée lui arrivait en bas des reins, voire des fesses pour les mèches les plus longues. Tandis que la partie haute était attachée et relevée au dessus de son crâne par un imposant bijou doré orné de pierres précieuses. Ses mêmes pierres semblaient léviter autour du bijou. Et enfin, deux longues mèches ondulées étaient lâchées devant son visage.

    Un autre bijou décorait le haut de son front, à la naissance des cheveux. Le même motif, ce motif qui était le symbole d'Izalea.

    Un haut sombre, tenu par de nombreux fils fins qui s'enroulaient autour de son cou et de ses épaules, cachait sa poitrine qui se dessinait à travers le tissu. Ce dernier s'arrêtait en dessous des seins, dans de jolis déchirures volontaires. Sa taille fine suivait, de jolies perles tenues par un fil venant décoré le nombril. Et ensuite, une jupe, du même tissu fin que le haut, elle aussi tenue par des fils. Elle s'arrêtait au milieu de la cuisse, dansant doucement autour des jambes de la déesse. Un ruban s'enroulait autour de sa taille, ondulant autour de ses membres postérieurs. S'enroulaient sur chacune de ses chevilles, deux anneaux dorés, de jolies pierres précieuses gravitant autour. 

    La divinité tendit un bras vers moi. Je remarqua alors ses doigts fins, ses ongles colorés de violet et de rose, et le tissu transparent qui couvrait ses bras, tenu par un ruban d'or. Ainsi que les mêmes anneaux qu'à ses chevilles, décorant aisément ses poignets.

    La déesse mère s'approcha. Sa grâce était naturelle, son déhanché attirant, chacun des tissus voletant derrière elle avec élégance, ses cheveux cascadant dans l'air. Plus elle s'approchait, plus je la voyais, plus elle me semblait attirante et belle. Je n'avais qu'une envie, la toucher, sentir sa peau scintillante d'étoile sous mes doigts rugueux et sales. Son visage était maintenant à quelques souffles de moi. Je put alors discerner ses yeux nuancés d'une infinité de dorés, ses cils noirs et courbés, ses sourcils fins, ses lèvres d'un rose hâlé, presque violacé. Tout cela souligné par des jolis marques, des points sous ses yeux, un autre en haut de sa lèvre supérieure et puis les spirales au centre de son front.

    Un bruit de clochette résonna, troublant ce silence mystique. Je trouva les coupables, de jolis bijoux ornant ses oreilles, et les perles tenues par un fil tintaient doucement. La créatrice saisit entre ses doigts son collier qu'elle porta à son front et prononça quelques paroles dans la langue ancienne. Sa voix était envoûtante, claire, elle ne trébuchait sur aucun mot, exprimant malgré tout une certaine virilité, une autorité.

    Je me sentis partir, une aura blanche saisissant mes pieds pour remonter doucement jusqu'à ma taille. Je le savait, j'allais me réveiller, retourner à la réalité. Je n'en avait aucune envie, aucun désir, mais je ne put dire un seul mot pour demander à la mère du monde me laisser la contempler encore quelques peu. Mes paupières devinrent lourdes et se fermèrent tendrement. C'était finit. "

     

    - Déesse-Mère -

    --------

    Et walà ! alors oui, ce n'est pas "Illa, l'hajagara blanc" - il est en cours - mais un petit texte ! En réalité je l'ai fait juste avant "Bain de Nuit", c'était un texte fait avant de dessiner Izalea, de faire son dessin officiel. Je ne l'avais mis que dans les dessins mais du coup je le place ici aussi :3

    C'était le premier écrit fait après un long moment sans écrire donc il n'est pas super-super soyez indulgents ! Je l'ai surtout fait pour me refaire la main et m'amuser x) Le narrateur est inconnu et son identité n'a aucune importance. Le texte est à la première personne car j'aime bien changer un peu et que c'est plus évident pour de a description. Même si j'écris principalement à la troisième personne ^^ (et les tomes seront à la troisième personne)

    Comme je l'ai fait avant de faire le dessin officiel d'Izalea, quelques détails sont faux ou incomplets (j'ai éviter de trop détailler afin de ne pas faire trop d'incohérences), et j'ai la flemme de tout reprendre puisque ce n'est pas un texte sérieux ^^ Donc je corrigerai vite fait quelques fautes (je = TamiRichardson bien sur x)), n'hésitez pas à me signaler si vous en voyez (car elle est trop occupée à mater Livai pour voir toutes les fautes x) ♥ voilà elle voulait un coeur x) Elle rajoute : Eren, Ayato, le BG, le pikachu rouge level 1, bref tout les BG de la Terre ! !  ) -cherchez pas à comprendre, sa folie ne sera bientôt plus un problème puisque Rosélia, alias Erwin le tc va arriver et régler ce petit soucis)

    Breeeeeeef !

    Le texte de Lassa, le Dieu-Père arrive également !

    ♥Que la mère, le père et les sept créateurs illuminent vos pas♥

     

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 2 Avril à 13:55

    Petite faute à "Le déesse" Au lieu de "La déesse" Je sais je suis chiante et pas la mieux placé pour parler :3

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :